Les Thérapies Cognitivo-Comportementales

TCC

Les Thérapies Comportementales et Cognitives, les TCC, englobent un ensemble de pratiques thérapeutiques. 

Elles partagent une approche commune selon laquelle les modalités de prise en charge thérapeutiques doivent être fondées sur des connaissances scientifique.

Elles ont comme particularité une approche centrée sur le « ici et maintenant », par le biais d’exercices et de pratiques centrés sur ce qui est observable dans le symptôme : les comportements mais aussi les processus cognitifs qui sont à l’origine des émotions et des troubles qui en résultent.

Indications des TCC

La pratique des TCC étant standardisée (exigence présente dans toute démarche scientifique), les caractères fiables et reproductibles ont contribué à la reconnaissance de son efficacité au fil des années.

Les thérapies cognitivo-comportementales sont particulièrement indiquées pour :

  • Les troubles anxieux (notamment les phobies) ;
  • Les addictions (jeux, sexe, drogues et alcool) ;
  • Les troubles des comportements alimentaires (boulimie, hyperphagie, anorexie mentale)

Mais aussi pour :

  • Les troubles de l’humeur,
  • Les troubles de la personnalité ;
  • Les troubles psychotiques ;
  • La dépression

Approches contemporaines des TCC

Le domaine des Thérapies Cognitivo-Comportementales reste en effervescence : De nouveaux modèles, tels l’ACT, la thérapie d’acceptation et d’engagement ou encore la thérapie cognitive basée sur la pleine conscience (ou mindfullness) font partie des nouvelles pratiques actuelles.

Les récents apports poussent certains auteurs à parler de « troisième vague de TCC », prenant en compte les émotions. Certains parlent même désormais de « Thérapies Cognitivo-Comportementales ET Émotionnelle ». Après la vague comportementaliste et la vague cognitive (et cognitivo-comportementale), cette nouvelle vague serait plus caractérisée par une acceptation (ACT) plutôt qu’un évitement de pensées grâce à des pratiques méditatives.

En thérapie cognitive et comportementale (TCC), les pensées, les émotions et les comportements sont profondéments liés et sont, à la fois, la porte d’accès et la solution aux troubles émotionnels et comportementaux. La TCC se concentre sur comment les pensées, les émotions et les comportements sont liés afin de trouver des solutions de changement durable. Un travail sur les schémas dysfonctionnels et les biais cognitifs sont ainsi souvent explorés. Une thérapie des schémas de Young, qui se focalise sur une compréhension de schémas émotionnels dysfonctionnels peut aussi être envisagée.

Ces nouvelles approches, qui mettent au centre le contact l’ici et maintenant, ont le mérite d’être dans la continuité des autres types de TCC : une démarche standardisée en lien étroit avec les neurosciences cognitives, ce qui permet d’étudier avec plus de fiabilité et de facilité son efficacité.

Déroulement des consultations

Les TCC sont considérés comme des « thérapies actives ». Le psychothérapeute communique au patient des techniques parmis lesquelles figurent l’exposition en imagination (thérapie par réalité virtuelle ou in vivo), la relaxation, le façonnement, le modeling, la sophrologie, l’autohypnose, la restructuration cognitive…

  • L’analyse fonctionnelle : L’évaluation préalable. Elle comporte deux dimensions :
    • Qualitative :elle consiste à déterminer les événements où le trouble a émergé, d’en préciser les facteurs qui l’ont déclenché, ainsi que ceux qui contribuent à son maintien.
    • Quantitative : elle permet de suivre l’évolution des problèmes au cours des séances. De nombreuses échelles permettent d’en mesurer les changements.
  • Le contrat thérapeutique : Il s’agit de présenter au patient les modalités d’action qui seront mises en place pour mener à bien  le changement.  Les objectifs sont progressifs et les résultats mesurés à chaque consultation.
  • Application du programme : Elle suit l’évolution et le rythme du patient. Les méthodes sont donc susceptibles d’être réajustées.
  • Évaluation des résultats : Comparer l’état de départ avec l’évolution en cours, ainsi qu’à la fin de la thérapie, sont des indicateurs du succès d’une approche. Une nouvelle thérapie et d’autres méthodes pourront être envisagés, à la suite de cette évaluation des progrès.